Ville de Herve

Ville de Herve

Actualités

Projet d’implantation Central Piazza de Soumagne

Projet d’implantation Central Piazza de Soumagne

Bonne nouvelle… le Projet d’implantation Central Piazza de Soumagne : le bon sens triomphe !

Depuis le début du projet, le Collège et le Conseil communal de la Ville de Herve avaient émis un avis défavorable sur le projet de construction d’un complexe commercial de 20.000 m² à Soumagne. Le Fonctionnaire des implantations commerciales vient de refuser le permis.

" L’UCM, les associations de commerçants et une grande majorité des communes n’ont eu de cesse, depuis 10 ans, de dénoncer un projet manifestement démesuré, anachronique, destructeur pour l’appareil commercial existant, et dangereux en termes de mobilité.

Anachronique, il l’est assurément ce projet. Il remonte en effet à une époque où les promoteurs fantasmaient autour d’une hypothétique liaison autoroutière Cerexhe-Heuseux-Beaufays (CHB) en captant la clientèle au détriment du pôle commercial d’appui de Fléron distant de 2 km.

L’Université de Liège avait estimé à l’époque que le potentiel supplémentaire engendré par cette liaison autoroutière était particulièrement décevant de telle sorte que le projet était jugé peu pertinent. Dix ans plus tard, les difficultés rencontrées par certains grands complexes commerciaux établis en province de Liège de même que l’évolution du commerce et des habitudes d’achat des consommateurs doivent conduire les autorités politiques à mettre un terme à ces rêves fous qui relèvent de la stricte spéculation immobilière.

Destructeur pour l’appareil commercial  (et l’emploi) existant tant à Soumagne, qu’à Fléron et à Herve le projet était également de nature à fragiliser le commerce de centre-ville de Liège et les complexes commerciaux périphériques de Liège (Belle-Île, Médiacité)  et Verviers (Crescend’Eau et City Mall). Une simple lecture de la liste des enseignes envisagées pour le site Central Piazza démontre le double emploi.

Bordant une N3 saturée jusqu’à l’asphyxie aux heures de pointe, l’implantation d’un vaste complexe commercial de 20.000 m², sans autre voirie envisagée, a toujours présenté un caractère dangereux en termes de mobilité. L’étude d’incidence l’avait clairement démontré, le taux actuel d’utilisation de la voirie et des carrefours  dépasse le seuil de 100 % à de nombreux endroits. Ajouter le charroi des fournisseurs et les milliers d’usagers supplémentaires annoncés par le promoteur serait suicidaire.

C’est donc une bonne décision qu’a prise le Fonctionnaire des implantations commerciales en refusant le permis. Il faut désormais passer à autre chose et réfléchir à une meilleure utilisation de cet ancien chancre industriel." - extrait d'un communiqué de l'UCM